Un Désir De Provoquer...

Chez Frédéric Truteau, tout commence par un dessin. une sensation, une idée, émanant de ce qu’il a vu ou entendu et qui doit être couchée sur du papier pour s’épanouir.l’artiste prend alors du recul afin d’étudier son œuvre en devenir, de construire sa composition, d’en comprendre la portée et d’en explorer les interprétations. ce n’est qu’à partir de ce travail préliminaire que le peintre peut ensuite laisser libre cours à son inspiration pour donner corps à sa toile au gré d’aplats de nuances chatoyantes. s’inspirant des maîtres cubistes tels que Picasso, léger ou encore dali, frédéric truteau s’est créé son propre style à travers des peintures débordant de couleurs, dont le trait incisif rappelle la bande-dessinée. ce qui ne l’empêche pas de porter un regard critique sur la société contemporaine. humour et dérision sont alors ses principales armes artistiques. a l’instar de sa série sur les icônes, qui dépeint la commercialisation des stars et des hommes politiques tout en dissimulant, de-ci delà, de minuscules personnages tels que mickey, pac-man ou michael jackson. comme autant de clins d’œil à des références populaires elles-mêmes issues du mercantilisme…car s’il affiche des toiles joyeuses et chamarrées, ce n’est en réalité qu’un artifice pour prendre le contre-pied des idées et des situations communément acceptées par la société. oser, bousculer, déranger, surprendre, peu importe. pour frédéric truteau, l’essentiel est de susciter une réaction en faisant partager sa propre vision des choses                  

                                                                          

                                                                  Texte de julie polizzi